PARIS – Eglise Saint-Pierre Montmartre – 15/07/18 – 16/08/18

DATES :  15/07/18 – 16/08/18

COMMUNAUTE :

NATIONALITES :

L’église Saint-Pierre de Montmartre est une église paroissiale catholique romaine située dans le 18e arrondissement de Paris, au sommet de la butte Montmartre, au no 2 rue du Mont-Cenis, à l’ouest de la basilique du Sacré-Cœur. C’est l’une des deux églises paroissiales catholiques de la butte avec l’église Saint-Jean de Montmartre, et elle représente depuis la Révolution française la plus ancienne église paroissiale de Paris après celle de Saint-Germain-des-Prés. Elle succède à une basilique mérovingienne dédiée à saint Denis, dont cinq chapiteaux et quatre colonnes en marbre ont été réemployés dans l’église actuelle, les colonnes provenant à leur tour d’un temple antique. Très délabrée au début du xiie siècle, la vieille basilique est acquise par le roi Louis le Gros en 1133, qui la fait remplacer par une nouvelle église romane consacrée en 1147 par le pape Eugène III. La reine Adélaïde de Savoie fonde en même temps une abbaye de moniales bénédictines au sud de l’église, connue comme l’abbaye royale de Montmartre. L’église est donc paroissiale et abbatiale à la fois. La construction de la nef ne s’achève qu’après le milieu du xiie siècle, et l’abside est rebâtie dans le style gothique primitif à la fin de ce même siècle. Les voûtes actuelles de la nef et de la croisée du transept sont toutefois flamboyantes et datent de 1470 environ, quand l’église nécessite d’importantes réparations à l’issue de la guerre de Cent Ans. En 1686, les religieuses déménagent dans un nouveau monastère près de la place des Abbesses, et l’église est depuis lors à l’usage exclusif de la paroisse, mais reste la propriété de l’abbaye royale de Montmartre jusqu’à la dissolution de celle-ci en 1792. Deux ans après, l’abside de l’église est malmenée par la construction de la tour de Chappe au-dessus. De ce fait, les parties orientales de l’église ne sont pas rendues au culte lors de sa réouverture en 1803. Elle est dans un état déplorable, et des campagnes de restauration en 1838-1845 et 1874 sont trop limitées pour éviter sa ruine. La fermeture de l’église pour des raisons de sécurité en 1896 semble bien être définitive, et la décision de son sauvetage n’est prise qu’à la dernière minute. La restauration est entreprise sous la direction de Louis Sauvageot entre 1900 et 1905, et l’église Saint-Pierre obtient alors son visage actuel. Elle est classée au titre des monuments historiques le 21 mai 19231, et est aujourd’hui un haut lieu de spiritualité chrétienne du nord de la capitale.

L’église Saint-Pierre de Montmartre est considérée comme le second lieu de culte chrétien sur la butte de Montmartre. Le premier aurait été la chapelle dédiée aux Saints-Martyrs, qui se situait plus bas sur le versant de la colline. Dans son récit hagiographique sur saint Denis, la Passio Sancti Dionysii, écrit en 835, Hilduin de Saint-Denis appelle Montmartre le mont des Martyrs et le désigne comme lieu de la décapitation de saint Denis et de ses compagnons saint Rustique et saint Éleuthère. Ceci a permis l’hypothèse que leur martyre eut lieu près de la chapelle, et que celle-ci aurait été à l’origine un mausolée pour l’évangélisateur du Parisis et ses acolytes. Un pèlerinage se développa. Or, l’époque de la fondation de la chapelle n’est en réalité pas connue. Sa première mention figure dans un acte de 1096. Celui-ci atteste la cession du hameau de Montmartre avec sa chapelle et son cimetière, que tenaient en fief le Chevalier Gauthier Payen et sa femme, à l’abbaye de Saint-Martin-des-Champs2. Toute trace visible de la chapelle des Saints-Martyrs a disparu : elle a été démolie en 1790. Les origines de l’église Saint-Pierre remontent quant à elles au vie siècle, ce qui est souligné à la fois par les cinq chapiteaux mérovingiens en marbre blanc réemployés pour l’église actuelle (et un sixième chapiteau découvert dans le mur du bas-côté sud au début du xxe siècle) et par un important cimetière mérovingien autour de l’église, découvert en 1875. Les substructions de cette basilique n’ont jamais été découvertes, mais elles devraient se trouver sous l’église actuelle, dont le sol a seulement fait l’objet de quelques sondages par Louis Sauvageot, au début du xxe siècle. La basilique elle-même est susceptible d’avoir remplacé un temple dédié à Mars ou Mercure, mentionnés respectivement dans la chronique de Frédégaire, au viiie siècle, et dans le récit du siège de Paris (885-887) par Abbon de Saint-Germain-des-Prés, à la fin du ixe siècle. Quatre colonnes en marbre noir de l’un de ces temples ont été récupérées pour l’église actuelle, et sans doute déjà pour la basilique mérovingienne.

Site Internet : http://www.saintpierredemontmartre.net

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *