TOULOUSE – Basilique Saint-Sernin – 13/08/18 – 28/08/18

DATES :13/08/18 28/08/18

COMMUNAUTE :

NATIONALITES :

La basilique Saint-Sernin de Toulouse est un sanctuaire bâti pour abriter les reliques de saint Saturnin, premier évêque de Toulouse, martyrisé en 250. Devenu l’un des plus importants centres de pèlerinage de l’Occident médiéval, elle fut desservie, depuis le ixe siècle au plus tard et jusqu’à la Révolution française, par une communauté canoniale. Saint-Sernin est la plus grande église romane conservée en Europe. La rue du Taur qui mène de la place du Capitole à la basilique tire d’ailleurs son nom des circonstances du martyre. Saint Saturnin, alors à la tête de la communauté chrétienne de Toulouse, fut pris à partie par les prêtres païens dans le forum au pied du Capitolium antique (actuelle place Esquirol). Selon la tradition, il fut sommé de se prosterner devant les statues païennes. Refusant de se prosterner, il fut attaché par les pieds à un taureau de sacrifice, sans aucune forme de procès. Devant les cris de la foule, le taureau furieux prit la fuite le long du cardo, franchit la porte Nord puis la corde rompit et le corps inerte resta sur ce qui était alors une route sortant de la ville. Deux jeunes filles, les saintes Puelles, l’enterrèrent sur place. La basilique conserve 260 chapiteaux romans1 et est le symbole de l’architecture romane méridionale. Toulouse recevait alors la visite de nombreux pèlerins sur le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle, ou venus honorer les reliques de saint Saturnin. La basilique Saint-Sernin fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques par la liste de 1840. Elle est également inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO au titre des chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle en France depuis 1998

Selon la Passion de Saint Saturnin3, « Le corps du martyr demeura un certain temps sous un sol simplement recouvert d’herbe, certes sans honneur de quiconque, mais honoré de Dieu, jusqu’au moment où saint Hilaire, ordonné longtemps après évêque dans la ville de Toulouse, instruit de la fin de son prédécesseur et de son mérite, ayant fait creuser la terre jusqu’au cercueil de bois lui-même et craignant de déplacer les saintes reliques, fit diligemment construire par-dessus une voûte faite avec quantité de briques et même ajouter à un aussi grand lieu de prière une basilique vraiment toute petite, faite de matériaux ordinaires, en cachant bien le corps du martyr pour éviter que des hommes perfides, après l’avoir exhumé, ne le missent en pièces. » On ignore les dates de l’épiscopat d’Hilaire (qui n’est connu que par ce texte) et on ne peut trancher sur le lieu de la construction de cette première basilique : chœur de l’église Notre-Dame du Taur, ou celui de la basilique actuelle4, peut-être dans la première moitié du ive siècle, entre 314 et 3565, quand la religion chrétienne devient légale et privilégiée mais alors que le paganisme reste majoritaire (particulièrement à Toulouse) et vivant.

Site Internet : http://www.basilique-saint-sernin.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *